Littérature : un éditeur ex-super flic récompense un polar édité dans le Biterrois parANNICK KOSCIELNIAK

Littérature : un éditeur ex-super flic récompense un polar édité dans le Biterrois
Sylvie Magras a reçu son prix des mains de ses éditeurs valrassiens, en présence de Guy Combes, le maire de Valras.
© D.R
Le prix Bouvier a été décerné à Jeux meurtriers. L'ouvrage est édité par la maison d'édition Ed2A, située à Valras, près de Béziers.

L'une a travaillé au ministère de la Justice, dans l'administration pénitentiaire, à Lille. L'autre a traqué le SpaggiariMesrinesPatrick Henri et autres figures du grand banditisme, sous les ordres de Maurice Bouvier, mythique commissaire, chef de la brigade criminelle du 36, quai des Orfèvres. Logique que tous deux se rencontrent autour d'un polar. La Ch'ti Sylvie Magras Hautmont, aujourd'hui établie à Nice, vient de recevoir des mains de Jacques Nain, éditeur, ancien de la brigade antigang, le prix Maurice Bouvier du roman policier 2014. Jeux meurtriers a séduit sa maison d'édition Ed2A, fondée il y a quatre ans à Valras. Simplement un bon polar "Parce que le livre traite de gendarmerie nationale, à travers son héros, le lieutenant Antonio Cruz, en rapport avec l'actualité , parce qu'il fait montre 'ouverture d'esprit et parce que c'est tout simplement un bon polar", explique le commandant de police honoraire Jacques Nain.  Depuis quatre ans, sous sa houlette, un jury de professionnels de la justice, des forces de l'ordre, de l'écriture, attribue ce prix à un genre, le roman, que lui ne pratique pas. "Ma passion c'est l'écriture, mais celle de thèses sur la police scientifique, d'essais sur les renseignements et le contre-espionnage, où j'ai travaillé, de récits sur les affaires, dont Mesrines évidemment. " Le deuxième polar de l'auteure L'ouvrage très documenté de Sylvie Magras a su convaincre et a remporté ce prix qui récompense chaque année un manuscrit inédit. Il s'agit de son deuxième polar autour d'un héros récurrent, le lieutenant Cruz, mais de son cinquième ouvrage Les beaux souvenirs ne meurent jamaisraconte l'histoire de deux couples de 90 ans et 70 ans. "J'ai fait une formation en gérontologie et je m'occupe aujourd'hui de gens âgés dont j'aime le contact." Le second, Le Refuge, est parti d'un fait divers, la chute d'une journaliste virée par son rédacteur en chef. Elle va tout perdre, se retrouver SDF et finalement remonter la pente en dénonçant le dysfonctionnement d'un système et en créant ce refuge, inspiré de l'association "la mie de pain". Le troisième enfin, Plus forte que la douleur, raconte la vie de sa fille, tombée gravement malade à l'âge de 12 ans. "Elle n'avait jamais voulu parler de sa maladie, elle m'a demandé de raconter son histoire."